Logo Cybele
Podcast

L’usine TASE de Vaulx-en-Velin 🏭

Podcast Histoires Et Gognandises Lyonnaises 1

Lundi 16 novembre 2020

Pendant le confinement, chaque jour une chanson ou une histoire ! Connaissez-vous l’usine TASE ? Elle existe encore, Ă  cĂŽtĂ© de l’arrĂȘt de mĂ©tro « Vaulx-en-Velin la soie »…

👉 Pour nous soutenir : achetez un bon cadeau pour une visite insolite de Lyon !

Si vous souhaitez lire cette histoire cliquez ici

L’usine SASE, usine des soies artificielles, plus tard appelĂ©e l’usine TASE se situe Ă  la frontiĂšre entre Vaulx en Velin et Villeurbanne. Elle a ouvert en 1924. Le travail y Ă©tait pĂ©nible. Le site avait Ă©tĂ© construit Ă©loignĂ©e de ville Ă  cause de l’odeur nausĂ©abonde qui s’en dĂ©gageait en permanence. Pour attirer les ouvriers, on avait construit des habitations Ă  proximitĂ© immĂ©diate. Ils avaient tout ce qu’il fallait pour vivre confortablement. L’épicerie, l’église, le terrain de boule lyonnaise, des maisons confortables avec des jardins
 et un foyer pour accueillir des jeunes filles, la maison de famille Jeanne d’Arc. Voici comment on y vivait.

Je m’appelle Hanna, je viens de Hongrie. J’ai 15 ans, je suis arrivĂ©e il y a deux ans en France. Je commence Ă  m’y faire et Ă  mieux parler le français. Je suis partie de Pologne parce que mes parents ne pouvaient plus nourrir toute la famille. Ici c’était pour moi une opportunitĂ©. Je travaille pour l’usine et en contrepartie on me loge, on me nourrit, on m’éduque. Je peux me constituer un trousseau.

Quand je suis arrivĂ©, j’ai Ă©tĂ© saisie par l’odeur suffocante mais aprĂšs quelques jours, je m’y Ă©tais habituĂ©e. Ma famille me manque, surtout ma petite sƓur. Je n’ai pas de nouvelles d’eux. J’espĂšre que ça va.

Je n’ai pas le temps de m’ennuyer ici. Nous sommes dans cette maison, 300 filles entre 13 et 18 ans. Nous travaillons Ă  l’usine sur le finissage de la viscose. Et quand on n’est pas au travail on a des cours de couture, de cuisine, de repassage
 il y a aussi la chapelle pour les messes et le catĂ©chisme, une bibliothĂšque…

On a aussi un jardin oĂč l’on peut se retrouver avec mes amies. Mais j’aime parfois mieux trouver le calme dans ma petite chambre. Elle fait 9 mĂštres carrĂ©s mais elle n’est que pour moi. Pendant la journĂ©e, il y a la garderie. Tous les enfants des 3000 ouvriers de l’usine sont gardĂ©s dans le bĂątiment, ça fait pas mal de bruit.

Je ne touche pas ma paye mais les sƓurs la rĂ©cupĂšre. Une partie va pour le bon fonctionnement de la maison et l’autre est mise de cĂŽtĂ©. Quand je repartirai, j’aurai un petit pĂ©cule d’argent. Les sƓurs qui s’occupent de nous sont parfois un peu dures.

Mon amie Louise peut sortir de temps en temps parce que sa famille n’habite pas loin. Moi je dois rester ici. Si tout va bien, si j’arrive Ă  garder une bonne discipline, les sƓurs m’accorderont quelques jours de vacances Ă  la fin de l’annĂ©e. Louise m’a proposĂ© de venir chez sa famille Ă  Villefranche-sur-SaĂŽne. Je vais bien me tenir, j’ai hĂąte.

Retrouvez toutes nos « Histoires et Gognandises Lyonnaises » sur notre calendrier de confinement, ou en podcast : Spotify, Deezer, Apple Podcasts, Soundcloud.

RĂ©server une visite

RĂ©servez votre visite insolite de Lyon

Bons plans et actus

Chaque 1er mardi du mois,
les nouveautés, la programmation,
les invitations pour les visites test.

Inscription